SCHIZO MAIS PAS TROP

pièce chorégraphique pour 9 interprètes

Création 2014

 

Après « Révélation INTERIEUR » qui traitait de la violence faite aux femmes, la nouvelle pièce chorégraphique de Tishou Aminata Kane aborde le thème de l’exclusion au travers de la vieillesse, du handicap.

  

 

Un individu à qui on ne reconnaît pas son unité devient morcelé, terrifiant, innommable à lui-même et aux autres. Si la rencontre de la vieillesse n'est que la peur de notre déchéance et de l'oubli, si la gêne ressentie au contact d'un autiste n'est que l'expression de l'angoisse liée à notre propre incapacité à communiquer, si l'idée de la schizophrénie ne nous renvoie qu'à l'image de notre propre dualité et anormalité, alors nous pouvons accepter et embrasser cette part de l’autre qui nous appartient. De ce constat naît une révolte. Le Hip Hop est là un outil de création alternatif, ancré dans un vivant qui ne dénonce pas seulement mais qui ouvre et propose des solutions aux thèmes évoqués et aux publics concernés.


Note d'intention de la chorégraphe :  


Il y a l’histoire individuelle dans l'histoire collective.


Il y a les asiles de fous,...

Il y a les asiles de vieux, ...

Il y a tous ces lieux...

Tous ces lieux d'isolement et de contrôle individualisent les problèmes qu'ils prétendent résoudre, à l'aide de sur-médicamentation, et autres méthodes normatives.

Il y a ces maux qui font peur à une société qui vit comme si elle n'allait jamais mourir, qui s'obstine à stigmatiser la différence, et refuse de prendre les faiblesses de l'humain comme des éléments de la vie.

Alors qui est malade, autiste, schizophrène et coupable d’oublier ? Ces maladies de l'homme ne seraient-elles pas en fait des maladies de société ? Celles d'un corps social qui dans un rythme frénétique oublie et renie une part de lui-même. Comment, collectivement, peut-on encore partager une réalité avec l’Autre ?

La folie n'est pas un fléau à combattre mais peut être une forme d'existence qui peut soigner la société de ses penchants normatifs.

« Schizo mais pas trop... » est un triptyque qui, à la manière d’un trépied, pose chaque volet indépendamment les uns des autres.

À travers un solo, on prend le temps de vivre, à l'inverse de la société d'aujourd'hui où tout doit aller vite. Un duo interroge sur notre rapport à l'autre, sur la nécessité de vivre ensemble malgré les différences. Le quintet invite les artistes à se donner le droit d'être, à travers leurs individualités qui trouvent ensemble l'harmonie sans perdre l'essence.

 


Direction artistique et chorégraphie: Tishou Aminata Kane

 

Dramaturge et complice artistique: Jérémie Bergerac

 

Interprètes:

Utku Bal

Olivier Consille

Carlo Diaconale

Maryne Esteban

Cintia Golitin

Mustapha Saïd Lehlouh dit Darwin

Andy Micaux

Laure Wernly

 

Musique

Thierry Bertomeu

 

Création lumière et scénographie

Doumé



Cette œuvre chorégraphique est déposée à la SACD sous le numéro 648315


 

Production et Diffusion:

KIBLOS

Production générale:  Marion Ecalle

Diffusion: Francette Vincenti

 

 

Co-production:

Compagnie À Part Être; Centre de danse du Galion d’Aulnay-sous-Bois (93)

Avec le soutien de la Direction régionale des affaires culturelles d’Ile-de-France – Ministère de la Culture et de la Communication

Ce spectacle a bénéficié de la mise à disposition de studio au Centre de danse du Galion d’Aulnay-sous-Bois et au Centre National de la Danse – Pantin. 

« L’Adami, société des artistes-interprètes, gère et développe leurs droits en France et dans le monde pour une plus juste rémunération de leur talent. Elle les accompagne également par ses aides financières aux projets artistiques. »

 

www.adami.fr

DOSSIER
SKYZO MAIS PAS TROP.pdf
Document Adobe Acrobat 152.7 KB

Galerie en cours...

DOSSIER DE PRESSE - EN COURS